15 livres essentiels à lire à Vernon cet hiver au coin du feu

Style de vie

15 livres essentiels à lire au coin de feu cet hiver

By  | 

Plus on approche de Noël, ce moment très spécial et hors du temps, plus les températures vous obligent à enfiler vos gros pulls et vous préparer à votre hibernation annuelle.

Prix Goncourt, prix Fémina, romans intimes, essais, fictions…, ces livres, que vous trouverez à La Compagnie des livres (76 rue d’Albufera à Vernon),  appartiennent à tous les genres littéraires. Ils ont été choisis pour accompagner vos tendres moments de détente sous un plaid tout doux, qui se soit installée confortablement dans votre lit ou votre canapé, près de la cheminée.

On y va?

1 « L’ombre de nos nuits » – Gaëlle Josse (Broché) *****

De passage dans une ville sans nom, une femme, dont nous ne connaîtrons pas l’identité, entre au musée. Au cours d’une déambulation distraite, elle est saisie par le Saint Sébastien soigné par Irène, de Georges de la Tour. Devant l’attitude d’Irène, tout en tendresse et en compassion, la femme va revivre les errements d’une histoire d’amour passée.

En parallèle, nous suivons Georges de la Tour à Paris, pendant la création du Saint Sébastien, alors qu’il a pour projet de présenter le tableau au roi de France. Deux voix se font écho, celle du peintre et celle de Laurent, son apprenti, chargé de copier le tableau. Au fil des deux histoires qui se chevauchent, avec la toile pour fil conducteur, les deux époques s’entrelacent, se complètent, jusqu’à donner chair au récit.

« J’ai dévoré ce roman d’une traite, en un aller retour sur Paris en train. Le roman est captivant et l’analyse de la relation amoureuse, bien que d’une profonde tristesse vis à vis de l’héroïne m’a profondément marqué. « L’amour, c’est donner quelque chose qu’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas ».

2 « Sally Jones » – Jokob Wegelius (Broché) *****

C’est l’histoire de Sally Jones. Sally Jones est une jeune gorille. D’aussi loin qu’elle se souvienne, elle a toujours vécu dans le monde des humains. Elle a appris la manière dont ils réfléchissent, elle comprend ce qu’ils disent. Elle a aussi appris à lire et à écrire. Des maîtres, elle en a connu plusieurs. Mais aucun ne vaut le Chef, Henry Koskela, son ami. Alors quand il est accusé de meurtre et emprisonné, Sally Jones n’a qu’une idée en tête prouver son innocence.

C’est une longue et passionnante enquête qui va l’emmener bien loin de Lisbonne, jusqu’en Inde, dans le somptueux palais du maharadja de Bhapur. Mais comment un singe pourrait-il dénouer les fils d’un vaste complot ? Roman d’aventure, roman policier, roman sur l’amitié, Sally Jones nous embarque à travers les océans, dans une enquête captivante.

« C’est un livre intelligent qui ne prend pas ses lecteurs (jeunes et moins jeunes) pour des poires. Les personnages, sont parfois lâches, parfois courageux, parfois un peu des deux et ne pas voir un monde peint en noir et blanc… ça fait du bien ! »

3 « Plaise au ciel » – Christine Marquet de Vasselot (Broché) *****

Paris, 1906. Gabrielle, jolie jeune fille issue d’une famille de mécènes et d’industriels, se rend à une séance de pose chez Anatole, un sculpteur prisé de l’intelligentsia. Elle y fait connaissance d’Édouard Frisset. C’est le coup de foudre. Et si leur rendez-vous sont épisodiques, ils n’en sont que plus passionnés !

Vivant seul dans un appartement prêté par la famille de Gabrielle sur l’Île Saint-Louis, ce sculpteur de génie refuse de se plier aux convenances et de suivre les cours de l’Académie des Beaux-Arts.
Un jour, contre toute attente, Edouard ferme sa porte à la jeune Gabrielle. Qu’est-ce qui a provoqué le dédain de son aimé ? La jeune femme est loin de se douter que ses pérégrinations sentimentales, entre faux espoirs et déconvenues, ne font que commencer…

« Un livre très réussi. Le contenu est aussi beau que le titre. C’est dire. On se régale avec cette galerie de personnages si bien campés dans une époque brillamment décrite. Un livre remarquable que je vous recommande afin de passer un très joli moment. »

4 « Le livre interdit » – Georges Walter (Broché) ****

Un livre d’amour fou. Un coup de foudre d’amitié entre deux grands écrivains, Kessel, géant brûlant sa vie et son œuvre, tout à sa démesure, et Georges Walter, le compagnon des dernières années, dont on mesurera ici à quel point il était son fils spirituel.

Et le récit d’une course de vitesse contre le déclin et la mort, doublé d’une méditation, au bord de l’abîme, sur le sens même de l’œuvre du vieux lion – l’un poussant l’autre, pour le tenir debout, à écrire le livre qu’il portait en lui sur sa mère, Raïssa, à partir des carnets intimes de celle-ci, l’autre s’y refusant obstinément, trichant, rusant pour l’éviter, sans doute parce qu’il savait que ce serait son livre ultime…

« Le récit d’un amour fou, aussi, entre le vieux lion et Michèle O’Brien, son épouse irlandaise, sur laquelle est livré ici, au-delà de l’émotion, un témoignage unique, qui lui rend enfin justice. »

5 « Expériences extraordinaires de l’invisible, passage d’âmes, EMI, vies antérieurs, médiumnité » – Claire Burel (Broché) *****

Comment vivre sa médiumnité ? Que dire â nos défunts pour qu’ils soient en paix ? Peut-on retrouver ses vies antérieures ? Comment notre conscience influence-t-elle notre karma ? Bien des questions trouvent des réponses ici, au fil de ces récits authentiques. Dans un dialogue vivant et joyeux, deux thérapeutes confirmées, Claire et Chiara, évoquent ces expériences, et les éclairent.

L’auteure nous présente un paysage exceptionnel de la vie, de l’après vie, des échanges entre les deux, et donne du sens à l’un et à l’autre. Dans ce Me siècle dit « spirituel », ces Expériences Extraordinaires sont une véritable initiation : Et si « réussir sa vie » passait aussi par « comprendre les enjeux invisibles qui nous entourent » ? Ouverture bienveillante, approche claire et émouvante : cet ouvrage attrayant et accessible à tous saura vous captiver !

« Ce livre m’a apporté des informations très intéressantes et complémentaires par rapport à 2 livres que j’ai lus récemment de Stéphane ALLIX. Je le recommande aux personnes désireuses d’approfondir leurs connaissances dans le domaine spirituel. Bonne lecture ! »

6« Vincent Van Gogh, le brouillard d’Arles: carte retrouvé » -Vincent Van Gogh (Relié) ****

Du livre de comptes, autrement appelé « brouillard », offert par monsieur et madame Ginoux, les propriétaires du Café de la Gare à Arles, Vincent Van Gogh a fait un carnet de dessins qu’il a emporté avec lui pendant deux années cruciales, dans ses pérégrinations en Provence, entre mai 1888 et mai 1890, pour réaliser des paysages, des esquisses, quelques portraits, dont celui de Gauguin, et son autoportrait, de face, saisissant.

On découvre ainsi toute la gamme du génie dans les derniers mois de sa vie, juste avant la remontée fatale vers Auvers-sur-Oise.

« Très joli livre, tout a fait conforme a la description, à garder ou offrir car l’affaire est à suivre…. une édition qui peut faire date. Merci »

7« Lady Helen: le Club des mauvais jours » – Alison Goodman (Broché) ****

Londres, avril 1812. Lady Helen s apprête à faire son entrée à la cour. La jeune orpheline est encore sous la tutelle de son oncle et de sa tante qui veillent à étouffer chez elle tout écart pouvant rappeler la réputation sulfureuse de sa mère. Helen fait alors la connaissance du ténébreux Lord Carlston, qui revient juste d exil après avoir été soupçonné du meurtre de sa femme. Elle est piquée par la curiosité, d autant qu’il promet de lui faire des révélations sur elle-même et sa mère et que d étranges faits surviennent alors : des bonnes disparaissent, des meurtres sanglants sont commis.

Mais la jeune fille est loin de soupçonner l’existence de démons viciés, des Abuseurs, qui se nourrissent de l énergie humaine. Bientôt sonnera l heure de l Abuseur Suprême traînant dans son sillage une véritable Terreur. Lord Carlston appartient au Club des Mauvais jours, une police secrète parallèle qui a juré de protéger l humanité de ces démons.

« Alison Goodman signe un roman gothique où le fantastique sert la romance et vice versa. Les personnages sont attachants et leurs caractères enlevés les rendent carrément passionnants. »

8« L’archipel d’une vie » – Andreï Makine (Broché) *****

Aux confins de l’Extrême-Orient russe, dans le souffle du Pacifique, s’étendent des terres qui paraissent échapper à l’Histoire… Qui est donc ce criminel aux multiples visages, que Pavel Gartzev et ses compagnons doivent capturer à travers l’immensité de la taïga ?

C’est l’aventure de cette longue chasse à l’homme qui nous est contée dans ce puissant roman d’exploration. C’est aussi un dialogue hors du commun, presque hors du monde, entre le soldat épuisé et la proie mystérieuse qu’il poursuit. Lorsque Pavel connaîtra la véritable identité du fugitif, sa vie en sera bouleversée. La chasse prend alors une dimension exaltante, tandis qu’à l’horizon émerge l’archipel des Chantars : là où une « autre vie » devient possible, dans la fragile éternité de l’amour.*

« C’est une aventure humaine, un thriller psychologique, un roman naturaliste où la Taïga tient une très grande place, une très belle histoire d’amour et surtout un hymne à la liberté. » – Marie-Paule, Médiathèque de Vernon

9« Ecoutez vos défaites » – Laurent Gaudé (Broché) ****

Un agent des services de renseignements français gagné par une grande lassitude est chargé de retrouver à Beyrouth un ancien membre des commandos d’élite américains soupçonné de divers trafics. Il croise le chemin d’une archéologue irakienne qui tente de sauver les trésors des musées des villes bombardées.

Les lointaines épopées de héros du passé scandent leurs parcours – le général Grant écrasant les Confédérés, Hannibal marchant sur Rome, Hailé Sélassié se dressant contre l’envahisseur fasciste.

« Nous promenant de siècle en siècle l’auteur nous fait pénétrer la mythologie guerrière pour mieux la combattre. Un conte moderne où l’Art triomphe à la fin. » – Nathalie – La Compagnie des livres

10« Un paquebot dans les arbres » – Valentine Goby (Broché) ****

À la fin des années 1950, Mathilde, adolescente, voit partir son père puis sa mère pour le sanatorium d’Aincourt. Commerçants, ils tenaient le café de La Roche-Guyon. Doué pour le bonheur mais totalement imprévoyant, ce couple aimant laisse alors ses deux plus jeunes enfants dans la misère. Car à l’aube des années 1960, la Sécurité sociale ne protège que les salariés et la pénicilline ne fait pas de miracle pour ceux qui, par insouciance, méconnaissance ou dénuement ne sont pas soignés à temps.

Petite mère courage, Mathilde va se battre pour sortir ceux qu’elle aime du sanatorium, ce grand paquebot blanc niché dans les arbres, où se reposent et s’aiment ceux que l’enfance ne peut tolérer autrement qu’invincibles.

« A travers l’écriture magnifique de Valentine Goby, on suit le destin de ces petites gens atteints par la tuberculose. Roman inspiré d’une histoire vraie » – Elise – Médiathèque de Gasny

11« The girls » – Emma Cline (Broché) ***

Sexe, drogues et rock’n’roll : les années 70 restent, pour tous – surtout pour ceux qui ne les ont pas vécues -, comme le symbole du cool et de l’hédonisme. On oublie trop souvent que ses excès engendrèrent des monstres. En Californie, la Manson Family commettra plusieurs meurtres sauvages, dont celui qui dréfrayera la chronique, l’assassinat de l’actrice Sharon Tate, épouse de Roman Polanski et enceinte de huit mois, dans sa propriété de Cielo Drive.

Remarquée aux Etats-Unis avec The Girls, Emma Cline, 27 ans, livre de cette histoire une version impressionniste, poétique et très romancée : Evie, 14 ans, a le coup de foudre pour Suzanne, une jeune hippie brune qui vole dans les magasins. Elle finira par la suivre dans sa secte où règne un certain Russell, un gourou calqué sur Charles Manson. Emma Cline décrit toutes les étapes qui mènent une gamine raisonnable à la soumission psychologique, puis à commettre des meurtres. (Vogue Magazine)

« Un très bon roman, fort bien écrit et très juste dans l’approche psychologique de ses personnages et sa réflexion sur la condition féminine particulièrement quand on est une adolescente. »

12« Crépuscule du tourment » – Leonora Miano (Broché) ***

Prix Fémina 2013 pour La Saison de l’ombre, Léonora Miano impose sa voix unique, âpre, sans concession, dans ce très beau roman de la condition féminine en Afrique. Quatre femmes vont s’adresser tour à tour au même homme : sa mère, sa sœur, sa femme, sa maîtresse. Des femmes avec lesquelles il s’est mal conduit, impunément.

Née en 1973 à Douala, au Cameroun, Léonora Miano s’est installée en France en 1991 : c’est peut-être cette distance qui lui donne la liberté de jeter un regard aussi puissant, critique et compassionnel à la fois, sur la place des femmes dans la société africaine. (Vogue Magazine)

Le souffle coupé de la première à la dernière ligne on ne peut qu’être admirative devant toute l’étendue du talent de l’auteure. Mon coup de croit de cette rentrée littéraire.

 

13Chanson douce – Prix Goncourt 2016 – Leïla Slimani (Broché) ****

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.

A travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c’est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l’amour et de l’éducation, des rapports de domination et d’argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.*

« Ce roman est la précise et implacable autopsie d’un drame. Partant des faits bruts et affreux qui vous saisissent dès les 1ères pages, l’auteur remonte le fil des événements qui y ont mené et nous distille au compte-gouttes les éléments explicatifs. C’est bigrement bien fichu, un véritable « page turner » comme on dit, qui glace le sang. »

14« Babylone » – Prix Renaudot 2016 – Yasmina Reza (Broché) ****

« Tout le monde riait. Les Manoscrivi riaient. C’est l’image d’eux qui est restée. Jean-Lino, en chemise parme, avec ses nouvelles lunettes jaunes semi-rondes, debout derrière le canapé, empourpré par le champagne ou par l’excitation d’être en société, toutes dents exposées.

Lydie, assise en dessous, jupe déployée de part et d’autre, visage penché vers la gauche et riant aux éclats. Riant sans doute du dernier rire de sa vie. Un rire que je scrute à l’infini. Un rire sans malice, sans coquetterie, que j’entends encore résonner avec son fond bêta, un rire que rien ne menace, qui ne devine rien, ne sait rien. Nous ne sommes pas prévenus de l’irrémédiable ».

« Un très beau livre, dans la veine des autres romans de Yasmina Reza, court, doux-amer, subtil. L’intrigue est prétexte à explorer l’existence de personnages complexes, pris dans le courant gris et absurde du quotidien, cherchant un chemin vaille que vaille vers ce nulle part qui nous attend tous. »

15« Le garçon » – Prix Fémina 2016 – Marcus Malte (Broché) *****

Il n’a pas de nom. Il ne parle pas. Le garçon est un être quasi sauvage, né dans une contrée aride du sud de la France. Du monde, il ne connaît que sa mère et les alentours de leur cabane. Nous sommes en 1908 quand il se met en chemin – d’instinct. Alors commence la rencontre avec les hommes : les habitants d’un hameau perdu, Brabek l’ogre des Carpates, philosophe et lutteur de foire, l’amour combien charnel avec Emma, mélomane lumineuse, tout à la fois sœur, amante, mère.

« C’est un temps où le garçon commence à entrevoir de quoi pourrait bien être, hélas, constituée l’existence : nombre de ravages et quelques ravissements. » Puis la guerre, l’effroyable carnage, paroxysme de la folie des hommes et de ce que l’on nomme la civilisation. Itinéraire d’une âme neuve qui s’éveille à la conscience au gré du hasard et de quelques nécessités, ponctué des petits et grands soubresauts de l’Histoire, le Garçon est à sa façon singulière, radicale, drôle, grave, l’immense roman de l’épreuve du monde.*

« Un roman fleuve, dense, des personnages hauts en couleurs et une passion amoureuse dévorante. Tous les ingrédients d’une roman picaresque qui vous envoûtera » – Nathalie, La Compagnie des livres

 

Retrouvez cette sélection et bien d’autres livres à La Compagnie des livres de Vernon.

Infos pratiques:

Adresse:  79 rue d’Albufera – Vernon
Tél: 02 32 51 27 33
Page Facebook: La Compagnie des Livres

 

Quels sont vos bouquins préférés pour lire devant la cheminée cet hiver? Partagez-les dans les commentaires.

*Description de l’éditeur

Cet article vous a plu?

Inscrivez-vous à Buzz, la newsletter de Vivre Vernon Magazine, pour ne pas rater nos futures publications.

Commentaires